MIPAREC/CVR : Plus de 260 personnes réconciliées grâce aux Comités de Paix

MIPAREC/CVR : Plus de 260 personnes réconciliées grâce aux Comités de Paix

Du 21 au 22 novembre 2023, un atelier MIPAREC/CVR a été organisé dans la ville de Bujumbura dans le but d’évaluer conjointement les activités qui ont été menées par MIPAREC cette année afin d’en identifier des recommandations. Outre la CVR, d’autres partenaires de cette ONG ont été conviés à cette activité. Le Président de la CVR a appelé tous les partenaires de la réconciliation à vaincre la peur et à être des pionniers de la paix et de la réconciliation.

Des activités qui ont marqué ces deux jours d’atelier étaient en grande partie la présentation de l’approche « réconciliation communautaire et gestion des conflits fonciers par les comités de paix », les témoignages des personnes réconciliées et la présentation des acquis de la CVR en matière de la réconciliation transitionnelle. Cet atelier fait suite à d’autres qui avaient été précédemment organisés dans les provinces de Gitega, Ruyigi et Makamba (Nyanza-lac), et la CVR y était présente.

Séance des recommandations

Trois séries de témoignages ont été suivies par les participants à cet atelier. C’était des familles réconciliées suite à la crise de 1993, une crise intestinale qui a coûté la vie à plusieurs milliers de Barundi, causant ainsi la fuite vers d’autres régions. Le phénomène de rapatriement a aussi créé des désaccords entre les propriétaires des parcelles et les occupants. Mais, grâce aux initiatives du MIPAREC à travers ses Comités de Paix, des familles s’entendent, se pardonnent et se réconcilient petit à petit, comme le prouvent les autorités administratives des régions de leur provenance.

En plus des 260 personnes réconciliées grâce aux Comités de Paix, MIPAREC a déjà contribué à résoudre plus de 160 cas de conflits fonciers à Nyanza-Lac.

MIPAREC DOIT ŒUVRER SUR LES AUTRES CRISES

Cet appel a été lancé par le Président de la CVR qui a félicité cette ONG pour le pas déjà franchi dans le processus de réconciliation au Burundi. Amb. Pierre Claver NDAYICARIYE a indiqué que le travail déjà accompli sur la crise de 1993 est une preuve tangible qui montre qu’il est possible d’aborder les autres périodes de crises que le Burundi a déjà connu, notamment le génocide de 1972-1973.

De gauche à droite: le Répresentant legal du MIPAREC et le Président de la CVR

Le Président de la CVR a souligné que lors de cette mission, les cas de critiques ne peuvent pas manquer. Mais il faut avoir du courage. Il a appelé les membres de MIPAREC et d’autres associations œuvrant dans ce domaine à surmonter la peur et à aller de l’avant.

Les deux partenaires s’engagent à travailler en synergie pour atteindre également les Barundi vivant à l’extérieur du pays afin qu’ils puissent eux aussi contribuer à ce processus de recherche de la paix au service de la réconciliation au Burundi. Les autres partenaires invités à cet atelier étaient THARS et WFD.

Actualités Français