Burundi, Génocide de 1972-1973/Conférence sur l’Arrêt RPC 5621/S de la Cour Suprême du Burundi: La CVR éclaire sur les jugements des Conseils de guerre de 1972

Burundi, Génocide de 1972-1973/Conférence sur l’Arrêt RPC 5621/S de la Cour Suprême du Burundi: La CVR éclaire sur les jugements des Conseils de guerre de 1972

Les recherches menées par la CVR, à partir des auditions et des archives, ont révélé que les victimes du génocide de 1972 ont été injustement stigmatisées, déshumanisées et spoliées de leurs biens. Les deux Commissaires ont démontré que les jugements rendus en 1972 n’ont pas respecté les principes d’un procès équitable. Des témoins ont affirmé que les victimes n’avaient pas été écoutées et les séances d’écoute se faisaient en français, une langue incomprise par les victimes.

Les conditions dans lesquelles les procès se sont déroulés étaient inacceptables. Comment un seul officiel du Ministère public pouvait-il interroger 100 personnes en une journée? Des prévenus ont été traduits en justice sans interrogatoires ni citations préalables. De plus, les Conseils de guerre, composés à la fois de civils et de militaires, se prononçaient sur des affaires dont ils n’avaient pas été saisis.

Léa Pascasie NZIGAMASABO : « un seul officiel du Ministère public pouvait interroger 100 personnes en une journée »
Maître Déo Ndikumana : « C’était une parodie de justice. Les jugements ont eu lieu après l’assassinat des justiciables. »

Les participants à la conférence ont salué la CVR pour son initiative, mais ont insisté pour que les jugements annulés soient rendus accessibles au public et traduits en langue nationale. Ils appellent également à la réhabilitation des familles des victimes, à la restitution des biens spoliés et à la tenue d’une journée de deuil en mémoire des victimes. Le recensement des victimes est également demandé pour établir une paix durable et une réconciliation effective.

Évariste Ngayimpenda : « Il faut un recensement pour connaître le nombre de victimes des évènements de 1972. »
Spès Caritas Bigirimana : « La restitution des biens spoliés est nécessaire pour éviter que ces biens ne restent encore dans les mains des spoliateurs. »
Amb. Pierre Claver NDAYICARIYE, Président de la CVR: « Il ne faut pas nier une histoire que vous ne connaissez pas »

La CVR a déjà commencé le recensement des victimes des crises que le Burundi a traversées. Les initiatives de diffusion du rapport ont débuté pour le conserver dans des bibliothèques. Les Commissaires appellent les Burundais à ne pas nier les faits historiques et à vivre en paix pour construire un pays réconcilié.

Please follow and like us:
Pin Share
Actualités Français