Bujumbura : La CVR rencontre les diplomates et les représentants des organisations internationales

Bujumbura : La CVR rencontre les diplomates et les représentants des organisations internationales

Mercredi, 07 septembre 2022: La Commission Vérité et Réconciliation a tenu une réunion en mairie de Bujumbura à l’intention des diplomates et des représentants des organisations internationales accrédités au Burundi. L’objectif de cette rencontre était d’informer sur les activités déjà menées par la Commission, celles en cours ainsi que les perspectives d’avenir.

Willy NTAKARUTIMANA

La grande partie de ces invités avait soif de connaître les réalisations de la Commission, la perception de la population sur les travaux de la CVR et combien de fois cette dernière lui fait confiance sur le terrain puisqu’il y a une partie qui est déjà victime des diverses atrocités dont le Burundi a déjà fait l’expérience.

Ces interrogations ont été soulevées après une présentation Power point et les deux films documentaires qui relatent les activités déjà menées par la CVR de l’année 2018 à l’année 2022.
Ces trois présentations sont constituées des enquêtes déjà menées dans la recherche de la vérité en quête de réconciliation, les exhumations de fosses communes et surtout celles sur le génocide de 1972 qui ont touché la majorité des Bahutu du Burundi ainsi que les crimes contre l’humanité qui ont touché les Batutsi et les Batwa.

Une partie de commissaires présents à la conférence

A travers les archives, les diplomates et les représentants des organisations internationales œuvrant au Burundi ont découvert la vérité longtemps cachée et qui ne se trouve dans aucun livre comme l’a confirmé Amb. Pierre Claver Ndayicariye, Président de la CVR.

En plus de ces documents, les membres de la Commission s’étaient munis de deux livrets contenant les activités déjà réalisées dont le résumé exécutif du rapport CVR 2021. Tous ces documents pour montrer et faire comprendre à la communauté internationale et nationale que le Burundi a connu des atrocités que personne ne pourrait plus jamais cacher.

La restitution des biens spoliés est un travail qui demande de la sagesse

En plus des victimes qui ont été tuées, leurs familles ont été privées de leurs biens. Les archives renseignent sur les comptes bancaires des victimes qui ont été bloqués, leurs voitures et leurs maisons pillées et certains de ces biens, notamment les maisons, sont toujours entre les mains de propriétaires illégitimes au moment où les propriétaires légaux ont encore soif de récupérer leur propriété.

Selon le Président de la CVR, on ne peut aborder cette question avant de connaître les victimes. Et donc la vérité sur le pays. Toutefois, Amb. Ndayicariye a indiqué que les travaux confiés à la Commission Terres et autres Biens (CNTB) par la loi en cours de révision seront désormais attribués à la CVR, car les pouvoirs publics ont déjà constaté que la CVR détient une mine d’informations qui lui permettra d’aborder cette question grâce notamment aux archives.

Les membres du bureau de la CVR répondent aux questions posées

Ces dernières permettront à la CVR d’effectuer une démarche méthodologique pour aller à la rencontre des familles spoliées et des personnes s’étant emparées des biens d’autrui.
C’est un chantier lourd et complexe qui doit être abordé avec sagesse. Et cela signifie avoir la vraie information après avoir rencontré le premier propriétaire et le deuxième propriétaire de ladite maison, a expliqué le Président de la CVR.

 » Cette méthodologie ne doit pas faire peur; elle vise plutôt à résoudre le problème », a souligné le Président de la CVR qui ajoute qu’elle doit aussi engager le dialogue entre le propriétaire illégitime et le véritable propriétaire. Et pour y arriver, il faut de la sagesse, des investigations, un travail qui nécessite un processus de médiation, de réconciliation et de médiation entre l’occupant et ledit propriétaire légitime, a conclu Ndayicariye.

Please follow and like us:
Pin Share
Actualités Français