Musaga : Les militaires tués dans les camps auraient été jetés dans une fosse commune à la paroisse Saint Augustin de Buyenzi

Musaga : Les militaires tués dans les camps auraient été jetés dans une fosse commune à la paroisse Saint Augustin de Buyenzi

Une nuit d’avril 1972 dans le Camp base de Musaga. Des soldats Bahutu ont connu la ségrégation ethnique. Certains ont été tués à coups de baïonnettes, d’autres par balles. Une source qui était sur place affirme que ces militaires étaient innocents même s’ils avaient été accusés de vouloir participer à un mouvement visant à renverser le régime du Président Micombero.

Willy Ntakarutimana

Il était entre minuit et 1 heure du matin lorsque des coups de feu se sont faits entendre dans le Camp base de Musaga. Personne ne pouvait entrer pour obtenir des informations. Parmi les civils qui étaient dans le camp il y avait des chauffeurs de camions militaires surnommés à l’époque « Ngeringeri ».
Les informations circulant dans le camp indiquaient qu’un groupe d’hommes armés voulait renverser le régime du Président Micombero. Et parmi ces gens, des militaires Bahutu. Ainsi, cette nuit-là, les militaires Batutsi ont reçu l’ordre de massacrer tous les militaires Bahutu qui se trouvaient encore dans le camp pour contrecarrer ce plan. Ce serait la cause de la fuite du commandant du Camp base de Musaga, vers l’extérieur du pays.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est vlcsnap-2021-08-06-13h18m54s775-1030x579.jpg.
A l’entrée de la paroisse Saint Augustin en haut du marché de Buyenzi

« Ceux qui n’ont pas été tués par balles ont été poignardés à la baïonnette », explique un informateur qui ajoute qu’après ce crime, les chauffeurs ont reçu l’ordre de récupérer les corps de ces militaires tués à l’intérieur du camp Musaga par leurs collègues. Et après les avoir rassemblés, ces chauffeurs ont reçu de nouveau l’ordre de les faire monter dans les camions pour aller les jeter dans un buisson qui se trouvait juste en bas de l’actuel Bureau Spécial de Recherche (BSR).

La Paroisse Saint Augustin de Buyenzi abriterait une fosse commune

Les témoins de la CVR affirment aussi qu’au moins 10 camions ont été chargés des corps de ces militaires tués et les ont conduits dans cette savane. Plus tard, après 1972, l’Eglise catholique y a mis des bâtiments de la paroisse Saint Augustin de Buyenzi. « Une partie de la paroisse est érigée au-dessus d’une fosse commune dans laquelle des soldats Bahutu des camps de Musaga ont été jetés en 1972 », raconte un témoin qui affirme cependant qu’il serait actuellement difficile d’identifier avec précisions ce lieu car il abrite un couvent.
Avant 1972, les habitants de la zone de Buyenzi avaient creusé à cet endroit une fosse dans laquelle ils retireraient de la boue pour la construction de leurs maisons d’habitation. Et c’est cette fosse dans laquelle ils ont jeté ces militaires, confient encore nos témoins qui précisent qu’après cet acte, même ces chauffeurs ont été tués pour effacer toute trace de témoins gênants en cas d’éventuelles enquêtes. Cependant, l’un de ces chauffeurs qui n’a pas été tué, a également failli être assassiné par un officier militaire à la baïonnette. En conséquence, il a demandé un repos médical pour se faire soigner mais il n’est plus revenu au travail.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est vlcsnap-2021-08-06-13h19m25s957-1030x579.jpg.
Zone Buterere dans la localité dénommé » Ku Bumwe »: les ossements humains des victimes ont été éparpillés à cet endroit lors de la construction des maisons d’habitation

A noter que ces tueries ont également été signalées dans le Camp de Ngagara appelé aussi à l’époque QG. Outre les militaires tués dans les camps, certains habitants de la ville de Bujumbura et d’ailleurs ont également été arrêtés et tués. Leurs corps ont été jetés dans des fosses communes creusées par des bulldozers dans la zone de Buterere. Et la plupart d’entre eux étaient des intellectuels Bahutu, concluent nos sources.

Please follow and like us:
Actualités Publications