Buterere : Des maisons érigées sur des restes humains

Buterere : Des maisons érigées sur des restes humains


La zone de Buterere est l’une des endroits les plus cités par les témoins de la CVR pour contenir de nombreuses fosses communes des victimes de 1972. Or ces lieux sont actuellement bâtis de maisons. Les mêmes témoins racontent que des restes humains ont été déterrés et dispersés ici et là lors de la construction de ces maisons d’habitation.

Willy Ntakarutimana

Après le lancement officiel des activités de la CVR en Mairie de Bujumbura, les équipes de Commissaires et Cadres de la CVR se rendent dans différents quartiers pour mener des enquêtes et investigations sur les violations des droits de l’homme commises en 1972. Le quartier de Buterere est l’un des plus mentionnés comme ayant un nombre considérable de fosses communes.
Les témoignages reçus par la CVR indiquent que des corps des victimes tuées dans la Mairie de Bujumbura ont été emmenés à cet endroit. En 1972 la localité n’était qu’une grande étendue de forêt dont la plupart des zones étaient recouvertes d’herbes et d’eau. En plus, la zone Buterere a longtemps été une décharge publique pour les ordures collectées en Mairie de Bujumbura.
Les témoins précisent que les lieux d’exécution des victimes étaient des camps militaires de l’époque, notamment le Camp Base situé en zone Musaga et le Camp Ngagara.

Une partie de la zone Buterere se trouvant au bord de la rive des stations d’épuration des eaux usées

Les premières victimes de la crise de 1972 dans la ville de Bujumbura étaient des militaires. Même les civils arrêtés étaient d’abord chargés dans des voitures et conduits vers ces camps militaires.
Des sources de la CVR dans ces camps disent que les personnes arrêtées étaient tuées vers minuit. Leurs corps étaient chargés directement dans des camions militaires et conduits dans la zone de Buterere. Les militaires étaient tués par balles et baïonnettes tandis que les civils étaient achevés par baïonnettes. La CVR a également appris qu’en grande partie, ces victimes étaient aussi tuées à l’aide des houes usées (udufuni).

Parmi les informateurs de la CVR figurent certains chauffeurs des camions qui transportaient les cadavres. Mais ils ont été choqués et forcés d’abandonner le travail après avoir à leur tour échappé de justesse à la mort sur des fosses communes.
Des restes humains déterrés et jetés ailleurs
Sous le régime du Président Bagaza Jean Baptiste, la zone de Buterere a connu des changements remarquables en matière d’urbanisme et d’assainissement. En effet, la société AMSAR a signé un contrat de construction avec la Société SETEMU (Services Techniques Municipaux) à des fins d’assainissement de la ville de Bujumbura.

Et pour amener ce travail au bon port, l’entreprise SETEMU s’est empressée de construire 6 stations d’épuration des eaux usées collectées dans la ville de Bujumbura. Des témoins affirment que ces stations d’épurement ont été construites sur des fosses communes contenant des victimes de la crise de 1972 en Mairie de Bujumbura.

Exhumation d’une fosse commune située sous le pieds d’une bananeraie

La preuve est que, lors du creusement de ces stations, beaucoup d’ossements humains et d’objets métalliques ont été ramassés par les personnes qui fréquentaient cet endroit. Ces ossements humains étaient ensuite éparpillés autour de ces stations d’épuration alors que les objets métalliques comme des pièces de voiture étaient une source de revenus financiers pour les personnes qui faisaient le commerce d’objets métalliques usés.
Actuellement, ces stations d’épuration des eaux usées sont entourées de maisons d’habitation. Les riverains d’un endroit connu sous le nom de « Ku bumwe » contactés par la CVR disent qu’un certain nombre d’ossements humains sont encore collectés lors de la construction de maisons d’habitation.
Pour rappel, la CVR a découvert ce vendredi, une deuxième fosse commune dans la localité. Sept (7) fosses communes ont déjà été vérifiées et quelques ossements ont été retrouvés.

Please follow and like us:
Actualités Français Publications