Bujumbura,1972 : Des élèves portés disparus après avoir été torturés à l’école

Bujumbura,1972 : Des élèves portés disparus après avoir été torturés à l’école

Certains élèves de l’Athénée Royal de Bujumbura ont été embarqués dans des camions militaires et emmenés vers une destination inconnue avant d’être tués en 1972. La CVR enquête actuellement sur cette disparition forcée et d’autres crimes commis durant cette période. Mais, les premières informations indiquent que ces élèves ont été emmenés dans la zone de Buterere, tués et jetés dans des fosses communes.

Willy Ntakarutimana

L’Athénée Royal de Bujumbura, une école qui a changé de nom et des transformations visibles depuis les années 1972, selon les rescapés de cette crise à la même école, actuellement l’Institut de Pédagogie Appliquée, Athénée de Bujumbura dans les années d’après 1972.
La CVR a ainsi mené des enquêtes et des investigations sur les violations des droits de l’homme commises en 1972 dans cette école dans le but de trouver de révéler la vérité à l’opinion nationale et internationale. En effet, selon des sources, le jour de l’Ascension 1972 n’a pas été paisible pour une catégorie d’élèves de l’Athénée Royal de Bujumbura.

Athénée Royal de Bujumbura en 1972

La veille de ce jour, tous les élèves se préparaient pour aller fêter chez eux avec les membres de leurs familles. Mais le lendemain, ces élèves ont vu des soldats dans des camions débarquer dans cette école. Personne ne connaissait les raisons de cette visite inattendue et inhabituelle dans cette école. Ainsi, pendant le repas de midi, le climat a changé, un groupe d’élèves s’est dissocié des autres et a commencé à menacer les camarades de classe.
C’était un nouveau comportement. Certains élèves qui avaient l’habitude de partager le repas ensemble se sont divisés en deux le jour de l’ascension. Selon les informations, les élèves qui ont créé cette division étaient originaires de la province de Bururi.

Ils ont perturbé la sécurité dans le réfectoire, d’autres ont ajouté beaucoup de sel à la nourriture pour empêcher leurs collègues d’avoir assez à manger. Puis, ils ont commencé à frapper leurs collègues avec des ceintures. Ces tortures inhumaines ont continué jusque dans les dortoirs. Les élèves ont été battus pendant la nuit.

Ceux qui n’ont pas fui ont été embarqués dans des camions militaires

Selon les témoins approchés par la CVR, ce groupe d’élèves du sud du pays, en créant cette insécurité dans le réfectoire, voulait inciter leurs collègues à se défendre afin de demander l’intervention des militaires, mais en vain. Ces élèves ont été menacés et battus. Ceux qui n’ont pas eu la chance de sauver leur peau ont été emmenés dans ces camions militaires. Ils auraient été conduits dans la zone Buterere qui était à l’époque couverte par de grands buissons.

Selon ces informations, aucun élève n’a été tué dans les locaux de l’Athénée Royal de Bujumbura ce jour-là. Les victimes ont été embarqués de leur vivant et emmenés vers un lieu inconnu. Cependant, les rescapés craignaient que leurs collègues n’aient été emmenés ailleurs qu’à Buterere, l’un des lieux contenant des fosses communes dans la ville de Bujumbura, comme l’a indiqué vendredi dernier le chef de cette zone au cours d’une réunion que la CVR a organisé à l’intention des autorités de la Mairie de Bujumbura.

A noter que le lancement des auditions et exhumations des victimes de la crise de 1972 en Mairie de Bujumbura est prévu le 27 juillet courant. La CVR espère que la vérité sur ces crimes sera révélée. Le nombre d’élèves disparus de cette école fait partie des enquêtes en cours.

Please follow and like us:
Actualités Français Publications