Bururi: 2 790 personnes exhumées et d’autres jetées dans les rivières et les forêts.

Bururi: 2 790 personnes exhumées et d’autres jetées dans les rivières et les forêts.

La Commission Vérité et Réconciliation estime toujours qu’il y a encore des fosses communes dans la province de Bururi car, selon les enquêtes, cette province contient plus de 80 fosses communes de victimes de la crise de 1972. Le gouvernement appelle les Burundais à se confier à la CVR afin de lui faire connaître la vérité sur toutes les périodes difficiles que le Burundi a connues et ne pas céder à la peur.

Samedi 17 avril 2021, un culte œcuménique en mémoire des victimes de la crise de 1972 a eu lieu au site de la CVR situé dans la localité de Muzenga wa Rwankona, en commune Bururi. La CVR venait de passer 6 semaines à la recherche de la vérité sur les violations massives des droits de l’homme commises en 1972, et pendant cette période, la collaboration avec les autorités administratives et les forces de l’ordre a été bonne, comme indiqué par Amb. Pierre Claver Ndayicariye, Président de la CVR.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 076A2094-1.jpg.

Celui-ci remercie également la population, en particulier les témoins qui se sont confiés à la Commission pour témoigner de leurs expériences pendant la crise de 1972. Il a également eu une pensée pour ceux qui ont eu peur de se confier à la Commission.
Au cours de ces 6 semaines, la CVR a pu exhumer des restes humains de 2.790 personnes victimes de la crise de 1972 dans toute la province de Bururi, selon Ndayicariye. Cependant, il estime que ce chiffre n’est pas exhaustif car certaines victimes ont été jetés dans des rivières comme Jiji, Murembwe, Siguvyaye, et bien d’autres dans des forêts.
Ainsi, par exemple, dans la commune de Bururi, 1.460 personnes ont été exhumées à Muzenga wa Rwankona, Mugozi dans la localité de Gisuru 2, tout près de la prison de Bururi, à Kaziramihunda près de la rivière Siguvyaye, Kaganda à Gasanda ainsi qu’à Munini.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 076A2192.jpg.

C’est dans la fosse commune fouillée près de la rivière Siguvyaye où la CVR a également déterré des vêtements semblables à des uniformes, probablement que ces habits seraient ceux des élèves de l’Ecole Normale de Kiremba, actuel Lycée de Kiremba Sud, pense le Président de la CVR. Selon lui, les enquêtes montrent que plus de 100 élèves ont été enlevés dans ladite école et ont été sauvagement massacrés, certains jetés dans la rivière Siguvyaye et d’autres jetés dans des fosses communes. Dans la commune Vyanda, la CVR compte 66 personnes exhumées dans les fosses communes à Gitsiro, Nyamitore et Gishiha / Gihinga.
Et dans la commune Songa, indique le Président de la CVR, une fosse commune contenant 275 personnes victimes de la crise de 1972 a été exhumée à Rukoma dans la localité de Muheka. Dans la commune Matana, 2 fosses communes contenant 309 victimes ont été exhumées dans les localités de Gitandu et Butezi.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 076A2235.jpg.

A Rutovu, la CVR a exhumé 495 personnes victimes dans la localité de Muzenga, Mutangaro, Munyinya; Kagimbu et Muhweza. Et dans la commune Mugamba, 403 personnes victimes de la crise de 1972 ont été exhumées dans deux fosses communes des localités de Vyuya et Mpota.
Pour le Président de la CVR, la vérité recherchée n’a pas pour but de ramener les burundais à revivre le passé douloureux, ni de les diviser. C’est plutôt une vérité qui éclaire les réalités vécues afin que nous puissions les connaître pour encourager le bien et bannir le mal, rassure Ndayicariye.
Le Président de la CVR estime que c’est cette vérité qui permettra aux burundais et aux familles qui vivent actuellement des moments de détresse et d’angoisse suite à ces événements douloureux, de se sentir libérés.
Amb. Pierre Claver Ndayicariye déclare que la CVR a pour mission particulière d’aider les Burundais à construire un pays de paix, d’unité et de sécurité afin que tous puissent se sentir libres dans la vie, dans la dignité et le respect.
Au nom du gouvernement du Burundi, Alain Tribert Mutabazi, Ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants a rappelé que les années de terreur ne sont plus à la une dans notre pays. Ainsi, la paix que nous attendons constituera un édifice solide pour la réconciliation et la construction d’un pays digne, où tous les Burundais se respectent les uns les autres, respectent le Seigneur et les droits de l’homme, confie Mutabazi.
De ce fait, le Gouvernement burundais rappelle tous les Burundais à dire la vérité. Ce ministre était accompagné de deux autres collègues membres du gouvernement, à savoir le ministre de l’Éducation nationale et de la recherche scientifique, ainsi que la ministre en charge de la Solidarité nationale.

Willy Ntakarutimama

Please follow and like us:
Actualités Ecrits Français Publications