Bururi: Le pardon mène à l’amour

Bururi: Le pardon mène à l’amour

Le Gouverneur de la province de Bururi estime qu’il est grand temps de faire preuve de conscience sur les atrocités commises en 1972 et sur les autres crimes que le pays a connus. Selon lui, nous serions tous unis, il n’y aurait plus de conflits entre nous. C’était samedi dernier lors de la cérémonie de clôture des activités d’investigations et d’exhumations des victimes de la crise de 1972 dans la province de Bururi.

Selon le Gouverneur Bandenzamaso Léonidas, lorsque le pays était attaqué, les burundais se mettaient ensemble pour le défendre, sans considération ethnique. Le Colonel Bandenzamaso reconnaît qu’il est difficile de trouver un mot à dire pendant ces moments difficiles, mais il espère qu’une fois qu’on se pardonne et qu’on se réconcilie, rien ne peut plus empêcher l’amour entre burundais. Il en appelle à la cohésion sociale dans les familles.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est vlcsnap-2021-04-23-08h23m18s038-1030x579.png.

Le Gouverneur de la province de Bururi félicite la CVR pour la mission qui lui a été confiée et espère qu’elle sera salutaire dans tout le pays et principalement dans sa province de Bururi.
Il félicite aussi la Commission pour la bonne collaboration avec les autorités administratives de la province de Bururi dans sa mission de la recherche de la vérité afin d’éviter qu’il y ait des gens qui diffusent de fausses informations sur les ossements humains qui ont été exhumés dans cette province.
Le Gouverneur Bandenzamaso reconnaît également que parmi les victimes de la crise de 1972, il y a des enfants, des adultes, des femmes et des hommes… Bref, tout le monde parmi nous a perdu soit directement soit indirectement.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est vlcsnap-2021-04-23-08h25m52s363-1030x579.png.

Comme leçons apprises, selon Bandenzamaso, il faut l’amour entre voisins, un amour qui ne soit ni égoïste, ni sentimental, ni ironique. Et si une fois nous parvenons à établir cet amour, personne ne pourra jamais nous séparer ni nous induire en erreur, rassure le Gouverneur de la province de Bururi. « Nous serons tous unis car, même si le pays est attaqué, nous nous lèverons tous unis pour combattre l’ennemi et défendre notre pays », a-t-il déclaré.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est vlcsnap-2021-03-25-07h20m46s913-1030x579.png.

En plus de cette unité, poursuit-il, l’injustice sera bannie dans le pays. L’injustice conduit à des représailles. Et si quelqu’un n’est pas en sécurité, c’est n’importe quelle famille qui est en danger, ou même tout le pays, parce que le pays est fondé sur les familles, a-t-il souligné.
Le Gouverneur abondait dans le même sens que l’Évêque de l’Eglise anglicane de Matana, Mgr Seth Ndayirukiye qui, dans son message de circonstance a exhorté les autorités du Burundi à lancer un programmer de pardon national sur une année, comme le fait l’Église catholique, pour permettre aux gens de se pardonner et de se réconcilier.

Willy NTAKARUTIMANA

Please follow and like us:
Actualités Ecrits Français Publications